Ce qu'on chantait à Paris, à la Cour d'Henri IV,
alors que Champlain fondait Québec.

Édition d'oeuvres de

Eustache du Caurroy (1549-1609)

dans la révision musicologique de Marie Claude Desloges


Tous les dictionnaires et encyclopédies - sans compter les ouvrages spécialisés sur la musique - consacrent toujours au moins quelques lignes à François-Eustache Du Caurroy (1549-1609).

Mais c'est un compositeur méconnu et très peu de sa vaste production est aujourd'hui accessible.

Marie Claude Desloges, dans le cadre de ses études en Doctorat (D.M.A.) à l'Université de l'Illinois, avait choisi Du Caurroy comme sujet de Thèse. Le campus Urbana-Champaign de cette université possède en effet une bibliothèque très richement garnie en musique de la Renaissance française (c'est d'ailleurs à cette bibliothèque que nous avions trouvé plusieurs pages de Janequin et Claudin de Sermisy que L'Ensemble vocal Arts-Québec avait pu par la suite inscrire à son répertoire) et le climat était donc hautement favorable à ce type de recherche.

L'intérêt pour ce sujet est double, parce que Eustache Du Caurroy est un musicien dont a dit que «tous les compositeurs de France le tiennent pour leur maître» (Mersenne) et que son oeuvre, volumineuse, mérite d'être mieux connue. De surcroit, il a vécu à une époque charnière entre la fin de la Renaissance et le début du Baroque. Époque fascinante, surtout, au plan historique.

Marie Claude Desloges se proposait de réaliser une édition critique, et «de performance», c'est-à-dire exécutable par les chanteurs d'aujourd'hui, de tous les PRECES ECCLESIASTICÆ, dont, à sa connaissance, à peine quelques pages étaient éditées (même le matériel de l'édition Ballard de 1610 est difficile à repérer: Marie Claude Desloges s'était procuré des microfilms à l'université de Boston... pour s'apercevoir qu'il y manquait la partie de ténor - que mon gendre Louis St-Onge a fini par dénicher à la Bibliothèque de l'Arsenal, à Paris). Elle voulait y ajouter celles des pièces profanes d'une autre collection, appelée MÉLANGES, qui n'avaient pas encore été éditées.

Elle se proposait aussi de faire une analyse exhaustive de ce répertoire, au plan de la rhétorique, du style, etc. Enfin, par un rigoureux procédé de datation, elle voulait établir une chronologie des oeuvres.

Thèse qui resta en plan, à la suite du tragique accident qui coûta la vie à Marie Claude Desloges, en novembre 1994.

Ce qui reste de ce travail monumental qu'elle avait entrepris, c'est-à-dire la transcription d'une quinzaine de titres des PRECES ECCLESIASTICÆ, sera édité par nos soins.

Yves Courville


SOMMAIRE

Le contexte historique | La Renaissance

Biographie d'Eustache Du Caurroy

L'oeuvre d'Eustache Du Caurroy | La Révision de Marie Claude Desloges

Références bibliographiques


Dernière mise à jour : 15 juin 2011